En 2017, le FBI a fermé un site The Review Board basé à Seattle, qualifié alors de « Yelp de la prostitution ». Les clients de services sexuels de Seattle mettaient en ligne des évaluations sur les personnes prostituées qu’ils rencontraient. Le FBI a inculpé de nombreux clients qui s'étaient identifiés sur le site et n’a retenu aucun chef d'accusation contre les femmes, les orientant plutôt vers des services sociaux (The Seattle Times, 26 juillet 2017). Cette action est un exemple réussi d’approche centrée sur les victimes de prostitution par les services de police.Mais l’action la plus marquante et significative a été la saisie par le FBI du site Backpage, spécialisé dans les offres de rencontres et de services sexuels tarifés. Avec l'adoption des lois SESTA et FOSTA en avril 2018, les fournisseurs d’accès à internet (FAI) sont tenus pour responsables des publications d'annonces de trafics d’êtres humains publiées sur leur site. Le 6 avril 2018, le FBI a saisi le site Internet Backpage ainsi que ses sites affiliés et inculpé plusieurs hauts responsables du site, les chefs d'accusation allant du blanchiment d’argent à l’aide à la prostitution d'autrui. Carl Ferrer, PDG de Backpage, a plaidé coupable de blanchiment d’argent et de complot d’aide à la diffusion de la prostitution en Californie, au Texas ainsi qu’à des accusations fédérales en Arizona. Il risquait une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans de prison (Reuters, 6 avril 2018).

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly