Le 31 décembre 2018, le plénum de la Knesset a adopté un projet de loi, présenté par Ayelet Shaked, ministre de la Justice, qui incrimine le recours à la prostitution. Il sera accompagné d’un programme d’aide et de soutien aux personnes prostituées pour quitter la prostitution. Ce projet de loi, présenté à titre d'ordonnance temporaire de cinq ans, entrera en vigueur dans 18 mois, afin de donner aux forces de l'ordre amplement le temps de se préparer à sa mise en oeuvre et d'élargir les programmes de réadaptation des personnes prostituées (Alliance, 1er janvier 2019).
Selon la nouvelle loi, l'infraction pénale sera principalement considérée comme une infraction administrative passible d'une amende de 2 000 NIS (474 EUR). Une récidive dans un délai de trois ans est passible d'une amende de 4 000 NIS (949 EUR). Toutefois, dans les cas pertinents, l'accusation peut déposer un acte d'accusation pour une infraction pénale, qui est passible d'une peine maximale de 75 300 NIS (17 869 EUR). Le ministre de la Justice peut préconiser une alternative au paiement de l'amende, comme par exemple assister à un atelier afin de sensibiliser le public au préjudice causé aux personnes prises au piège du cycle de prostitution et l’éduquer à ce sujet afin d'éviter une récidive (Alliance, 1er janvier 2019).

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK