Nombre de personnes transgenres, forcées de quitter leur foyer et sans emploi, se tournent souvent vers les communautés Khawaja Sira pour se loger, se nourrir et être acceptées. Au sein de ces communautés, tous les individus transgenres sont soumis à un système Guru-Chela très controversé. Les Hijras obéissent au chef connu sous le nom de gourou qui impose un nombre limité de possibilités d'emplois : prostitution, mendicité ou danse. Le gourou prend un certain pourcentage sur les gains des Hijras en échange d’un logement, d’une protection et d’une reconnaissance. Cette culture du gourou s'est avérée préjudiciable aux Hijras car, au lieu d'agir en protecteurs, les gourous ont tendance à abuser sexuellement des jeunes transgenres vulnérables. De nombreux gourous encouragent les jeunes transgenres à se prostituer et les obligent à mendier dans les rues, ce qui les expose à certaines formes d'exploitation sexuelle. L’éducation est généralement découragée et réprimée au sein de la communauté car elle autonomise la communauté hijra et la libère de sa dépendance vis-à-vis des gourous, réduisant ainsi leur pouvoir et leur influence. Les personnes n'ont souvent pas d'autre choix que de rejoindre ces communautés car il leur est très difficile de se débrouiller seules dans cette société où prédominent les violences et les abus à leur égard. Elles préfèrent donc le système Guru-Chela qui leur apporte un peu de protection.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK