Au cours des dernières années, l’Algérie a voté des lois et mené des actions pour prévenir et réduire la prostitution, mais elle ne réussit toujours pas à les faire appliquer efficacement, pour protéger et aider les victimes de la prostitution. La législation algérienne reste également insuffisante pour protéger les victimes des violences sexuelles. Pour permettre de renforcer la prévention et l’assistance auprès des victimes de la prostitution, des modifications significatives en matière de stigmatisation de la violence sexuelle, qu’elle soit d’ordre domestique ou liée à un harcèlement sexuel de quelque nature que ce soit, devraient être apportées dans la législation algérienne. Si le pays veut vraiment améliorer cette situation et commencer à protéger les victimes de la prostitution, il faut que le gouvernement algérien se mette à condamner, poursuivre judiciairement et enregistrer les cas de trafics humains de manière efficace. Le décret instituant le Comité interministériel doit être mis en oeuvre de manière effective afin de pouvoir mener une action efficace (US Department of State, juin 2018). Enfin, des procédures doivent être mises en place pour identifier les victimes et les diriger vers des centres de santé lorsque cela est nécessaire. De plus, elles ne devraient pas être confrontées aux arrestations, au transfert ou à toute autre sanction, pour des actes qui résultent directement du trafic.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly