On constate une surreprésentation de la population aborigène au sein de l’industrie du sexe australienne, sans que l’on puisse la chiffrer plus précisément. Les femmes aborigènes et les femmes indigènes du Détroit de Torres sont parmi les plus discriminées de la population australienne. Elles meurent dix ans plus tôt que le reste de la population féminine et sont plus exposées aux violences, en particulier sexuelles. Depuis plus de dix ans, le gouvernement australien agit pour réduire l'écart entre les populations (campagne « Closing the Gap »). Mais la protection de ces femmes demeure insuffisante au point que, en juillet 2018, le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes des Nations Unies (CEDAW), dans ses recommandations, a sommé le gouvernement australien « d’élaborer, en collaboration avec les femmes et les filles autochtones, un plan d’action national visant à lutter spécifiquement contre les violences faites aux femmes et aux filles autochtones » (§ 52, f).

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK