La prostitution des mineurs est illégale dans tout le pays (Fondation Scelles, 2016). Selon certaines estimations, il y aurait environ 22 000 mineurs contraints à la prostitution à Mexico. Mais la réalité est sans doute plus importante (Mexico News Daily, 20 juin 2017). Les mineurs prostitués sont plus exposés que les adultes aux violences et aux risques de transmission du VIHSida : 5,9 % pour les mineurs contre 1,5 % pour les adultes (Journal of the American Medical Association, 4 août 2015). Il y a différentes voies d’entrée dans la prostitution pour les mineurs : les parents vendent leurs filles à des trafiquants ou à des proxénètes pour survivre ; ou, plus fréquemment, le proxénète séduit une jeune fille ; il lui propose de l’aider à gagner les États-Unis ou de l’épouser ; il réussit à la convaincre de quitter sa famille et de partir avec lui ; puis il la force à se prostituer ou la vend à quelqu’un qui le fera. Les mineurs migrants, souvent isolés, qui fuient la violence et la pauvreté de pays comme le Nicaragua, le Honduras, le Guatemala et le Salvador, sont particulièrement exposés aux risques d’exploitation sexuelle dans la traite et dans la prostitution. Les trafiquants leur promettent de les faire passer aux États-Unis, puis les contraignent à se prostituer au Mexique. Le tourisme sexuel impliquant des enfants est très présent dans certaines villes comme Tijuana, où il y a une forte demande pour des garçons et des filles mineurs. Néanmoins, la majorité de ces jeunes filles ne sont pas considérées par les clients ou les proxénètes comme des « enfants prostitués » mais simplement comme des « prostituées ».

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly